La musique :
Le didgeridoo

Le didgeridoo est un instrument à vent à anche labiale. C'est une « trompette primitive ». On trouve des trompettes primitives sur tous les continents, où elles sont en général, associées aux cérémonies rituelles et à la magie ou, parfois, utilisées comme des instruments de communication.
Le didgeridoo est l'instrument des aborigènes d'Australie. On le retrouve principalement dans la partie septentrionale de ce pays et il pourrait dater de quarante millénaires. Pour les aborigènes, le didgeridoo représente la voix des ancêtres. Il est exclusivement joué par les hommes et le plus souvent associé à des chants et des danses.
Le didgeridoo est un simple tuyau de 1 à 2 m de longueur pour un diamètre de 3,5 à 7 cm . Les aborigènes fabriquent leur didgeridoo à partir de branches d'eucalyptus naturellement creusées par les termites. L'embouchure de l'instrument est recouverte de cire d'abeille pour le confort du joueur. Le didgeridoo présente la particularité d'être joué avec une technique de souffle continu, c'est-à-dire que le joueur souffle continuellement de l'air par la bouche tout en en prenant des inspirations par le nez. Cette technique permet d'émettre un bourdon constant, enrichi d'harmoniques graves et aiguës et rythmé par des variations de pression et des attaques impulsées par la bouche ou la cage thoracique.

Extrait à écouter :

 

Dans le spectacle...

... le didgeridoo a l'allure d'une roue de vélo... Le tube du digeridoo entoure une jante et il est déguisé en pneu !

Le digeridoo est joué par dessus un métronome. Tous les deux sont sonorisés avec un écho (delay). L'écho donne l'impression qu'il y a plusieurs instruments. Le musicien alterne sons de percussion (beatbox), cris et sons de didgeridoo qui se superposent grâce à l'écho.

Cette musique est joué alors que la Petite Roue se retrouve seule, sans son ''Om''. Le didgeridoo s'arrête et seul reste le métronome qui marque la longue attente de la Petite Roue.